Brol #58 – 2020

Quelque part en 2020, j’ai tenu mon courage dans mes dix doigts serrés et l’ai soulevé par-dessus mon visage pour proposer à une copine illustratrice de faire un livre ensemble. Elle a refusé d’emblée, sans même lire ce que j’avais écrit. Quelque chose s’est racrapoté à l’intérieur de moi : une toute petite boule, un minuscule petit pois qui a couru se loger dans la deuxième phalange de mon gros orteil.


Quelque part en 2020, un peu plus loin, une autre copine illustratrice m’a demandé si j’avais déjà pensé à fabriquer un objet de mes mots. Surprise, j’ai évincé la question, bredouillé quelques mots vagues. Le lendemain, je lui proposais de faire quelque chose ensemble, elle acceptait.


C’était ça, 2020, c’était un peu ces deux moments à la fois : du dur et du doux, des portes fermées et des fenêtres ouvertes. La petite boule, au fil des mois, des sœurs, des échanges, des projets, s’est doucement dépliée, a entamé une remontée. Taille : balle de tennis. Emplacement : mollet gauche.


2020, année désordonnée, année enfermée entre deux parenthèses étranges, année de Maurice, d’amour dévorant et de disponibilité totale, année de blessures et de réparations, année de dents serrées et de paumes ouvertes, de tentatives et d’oublis réussis, année de pertes (d’emploi notamment), année d’angoisse (financière notamment), année de nuits noires et de journées grises, année de cases à remplir et de guichets fermés. Oh bien sûr, on ne parle pas de ça sur les réseaux sociaux, mais en 2020 beaucoup d’entre nous ont été pauvres, beaucoup ont attendu un chômage pendant des mois, beaucoup ont galéré bien au-delà des solitudes et des peaux éloignées qui finalement, dans un sens, nous rapprochent tous.

2020, année de contrastes : fatigue montagne, colères orages et sillons sous la peau, mais aussi amour, amour, amour, projets tout frais, encre au bout des doigts et ressources nouvelles.

Mon train arrive en gare dans trois minutes, merci à ceux mais surtout à toutes celles qui m’ont enveloppée, soutenue, qui m’ont donné en 2020 du beau, du doux, du courage, du souffle, j’essaierai de vous le rendre mieux en 2021 ❤

1 réflexion au sujet de “Brol #58 – 2020”

  1. Ma chère Juliette avec courage, lucidité et sincérité tu nous dis combien cette année 2020 fut compliquée pour toi. N’oublie pas qu’elle s’est terminée par ton calendrier magique qui a enchanté une bonne centaine de foyers. Alors pour ça et pour ce que ton petit-grand cœur nous livre, je te dis… MERCI

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s