Brol #57 – mots d’espoir à un.e inconnu.e – 1

Dès qu’on le pourra
Il faudra
Dégeler tout ça
Ranimer la braise, réveiller les feux,
Consoler l’enfant, embrasser les vieux,

Dès qu’on le pourra
Il faudra
Caresser tout ça,
Les cœurs fatigués, la peau accident,
Les corps malmenés, l’adieu aux absents,

Dès qu’on le pourra
Il faudra
Dessiner tout ça
Les journées glacées, les nouveaux contours,
Les eaux dérouillées, le besoin d’amour

Dès qu’on le pourra
Il faudra
Faire trembler tout ça
Affuter nos mots, fourmiller d’idées
Mordre la lumière, tout consolider

Mais, au fait, dis-moi,
Peut-être le peut-on déjà ?

Ce petit texte a été écrit pour le groupe de crieurs.ses de rue « Les belle man d’amour » À la demande de Archipel 19, centre Culturel de Berchem Sainte-Agathe, avec 4 autres petits textes qui suivront dans les jours à venir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s